Publié : 3 février 2010
Format PDF Enregistrer au format PDF

La galoche

L’origine de ce jeu de palets se perd dans la nuit des temps. Diverses légendes bretonnes vont jusqu’à prétendre que les menhirs servaient de galoches à nos robustes ancêtres, les tables de dolmens tenant alors lieu de palets. Ainsi à Plozévet on raconte que le menhir de Stang-Pors était utilisé par les Korrigans. De temps en temps ceux-ci prenaient des tables ou des piliers de dolmens et les lançaient contre le menhir qui leur servait de « galoche ».

La galoche, telle qu’on la pratique dans le pays bigouden, est un jeu de lancé sportif, à l’image du jeu de palets, où la qualité principale du joueur demeure sans conteste l’adresse.

Le but du jeu consiste à abattre la pièce maîtresse qu’est la galoche, un cylindre de bois d’environ 11 à 12 cm de hauteur, à l’aide de palets en fer pesant environ 850 grammes et allant jusqu’à 10 cm de diamètre. Le jeu comprend 3 palets. Avec ces palets, chaque joueur doit renverser la galoche située à 9 mètres, pour s’approprier le point représenté par le lipar (pièce métallique de même diamètre que la galoche), placé au sommet de la galoche. Pour marquer le point, le lipar doit tomber plus près du palet que de la galoche. A chaque intervention, les joueurs, généralement par équipe de 2, utilisent deux palets, le troisième servant de défense au bénéfice de l’équipe adverse.

JPEG - 13.9 ko
Des galoches avec leurs lipars, des palets et le fanion du club de galoche de Plozévet