Vous êtes ici : Accueil du site > Le patrimoine religieux > Les églises > Eglise de Peumerit
Publié : 23 février 2010
Format PDF Enregistrer au format PDF

Eglise de Peumerit

L’église paroissiale est construite sur un tertre d’où l’on découvre la mer. Elle a été édifiée du 12 ème au 16 ème siècles et restaurée en 1741. Dans le chœur, partie la plus ancienne de l’église, elle montre des caractères de l’école de Pont-Croix (style apparu peu après l’arrivée du gothique en Bretagne). Elle est dédiée à St Annouarn (ou Alouarn).

JPEG - 43.8 ko

A l’intérieur :

Le chœur : du 14 ème

Quatre travées séparées par des piliers composés d’une colonnette ronde cantonnée de 8 ou 6 colonnettes plus fines. Ces piliers ainsi que le porche sud évoquent le style de l’école de Pont-Croix. Les chapiteaux sont feuillagés ; ils reçoivent les arcades en porte à faux (arcs en plein cintre à gauche et brisés à droite). Le premier à gauche porte une tête sculptée, le troisième à droite une tête cachée par une feuille.
- la fenêtre du chevet (15 ème) rappelle par son tracé certaines fenêtres de la cathédrale de Quimper : rosace presque ovoïde, feuilles aux pétales aigus et 4 panneaux aux redents trilobés.
- le vitrail gothique flamboyant de 1539 signé J. Norman est l’un des 4 qui subsistent dans les églises du Cap Caval, restauré en 1876, il est classé. Les 4 panneaux représentent les 4 grands docteurs de la chrétienté en Occident : Sts Ambroise, Grégoire, Jérôme et Augustin. Au-dessus, de petits anges en prière et des musiciens.
- on peut lire en bas droite la date : l’an mil VCCCCCXXXIX. ---> 1539.
- le maître autel est orné d’un joli tabernacle en bois sculpté décoré de figures d’anges et surmonté d’un christ.
- 2 statues : à droite, St Annouarn (Alouarn), tête nue tenant sa crosse, à gauche 18 ème, St Yves patron des avocats 1750.

JPEG - 69.2 ko

Le chœur latéral gauche : 12 ème

- un très beau cadre récemment restauré met en valeur le tableau dit “du Rosaire” qui représente une vision du pape Pie V : la victoire à Lépante de l’armada Chrétienne sur l’empire Ottoman en 1571. Le Pape espérait libérer le Saint Sépulcre et reprendre Constantinople. En haut : St Dominique à gauche et Ste Catherine de Sienne à droite.

Le chœur latéral droit : 13 ème

- sur l’autel Ste Anne et sa fille Marie.
- à droite de l’autel, Ste Barbe patronne des artilleurs et des prisonniers, offerte à l’église par un Peumeritois.

Le transept gauche :

- des saints populaires en plâtre (St Antoine et son cochon, St Joseph)
- St Eloi et une tête de cheval bois polychrome 18 ème
- sur le sol, St Michel et Ste Jeanne d’Arc.
- quelques bannières.

Le transept droit :

- retable du 18ème.
- le roi St Louis de retour des Croisades, porte son sceptre et la couronne d’épines ramenée (?) de Jérusalem (voir Ste Chapelle à Paris) bois polychrome 17 ème.
- un tableau daté de 1667 peint sur bois représente le baptême du Christ.

La nef :

- à droite, sur un socle, une Pieta en pierre polychrome du 16 ème, la statue de St Corentin et son poisson lui fait face (17 ème).
- un arc triomphal en ogive (arc diaphragme) sépare le chœur de la nef centrale ou du transept, il supporte le clocher.
- groupe de la Crucifixion : Christ en bois, à ses pieds Marie et St Jean bois polychrome (18 ème).
- Vierge à l’enfant, calcaire sculpté peint (limite 14 ème / 15 ème)
- sur l’une des poutres on peut lire : 1682 Jean Le March Fabrique (fabrique = ensemble des personnes nommées officiellement pour administrer les biens d’une paroisse).
- 2 arcades en tiers-point aigu s’ouvrent dans le mur épais.

Le bas-côté gauche :

- les fonts baptismaux à 2 cuves, la grande pour l’eau du baptême.
- bénitier monolithe orné d’une tête d’homme près de la porte d’entrée.

Le bas-côté droit :

- vitrail sud moderne incluant 2 figures remarquables par leur finesse (provenance inconnue, peut-être récupérées lors d’une restauration du grand vitrail).

Le pignon en bas de la nef a été refait au 18 ème siècle.

A l’extérieur :

Côté nord :

- le monument aux morts (Guy Pavec 1985) groupe sculpté dans le granit : femme portant la cape de veuve, garçon au gilet bigouden brodé et fillette à la collerette de dentelle et coiffée d’un bonnet.
- croix de granit accolée au pignon.
- la porte nord porte l’inscription 1632 sur le claveau central.

Le clocher :

- à 6 pans marque la séparation entre le chœur et le transept, quelques marches permet­tent un accès extérieur pour l’entretien. Il est ajouré ; les ouvertures à meneaux sont surmontées de frontons sculptés de flammes et de fleurs de lys (symbole royal, rare dans la région).

Côté ouest :

- la porte principale à l’ouest est surmontée de 3 vases de fleurs en relief méplat.

Côté sud :

- le porche sud : porte du baptême par laquelle entraient les futurs baptisés ainsi que les mères pour leurs relevailles.
- le pignon sud montre un fenestrage en pierre du 15 ème. Une pierre du pignon du transept porte l’indication : 1741 Le Gal R (Le Gal recteur, date de la restauration).

Au pied de l’escalier ouest menant au placitre, on peut remarquer des dalles provenant de l’ancien cimetière (inscriptions).

portfolio