Vous êtes ici : Accueil du site > Le patrimoine religieux > Les ruines de Languidou
Publié : 8 février 2014
Format PDF Enregistrer au format PDF

Les ruines de Languidou

Peu éloignées de l’église de Plovan, sur la route qui mène à Tréogat, se trouvenet les ruines de la chapelle de Languidou.

La chapelle de Languidou a été construite au cours du XIIIe siècle, au flanc d’une petite colline en bordure d’un ruisseau et à proximité de l’océan. Elle est dédiée à Saint Guidou (ou Saint Quideau) nom de l’un de ces moines qui accompagnaient les bretons venus s’installer en Armorique, vraisemblablement au cours du Ve siècle. Les saints hommes entreprirent de porter la bonne parole à ce peuple encore très peu christianisé. Guidou s’installa dans la région où il a su se faire accepter et respecter par tous puisque plusieurs siècles plus tard les fidèles jugèrent indispensable de construire deux chapelles en son honneur, celle-ci et la chapelle de Saint Quideau en Loctudy.

Vendue en 1794, comme tous les biens du clergé, la chapelle fut démolie en partie pour en récupérer les pierres destinées à la construction d’un corps de garde sur la commune. Ce petit bâtiment, situé près de Kergalan, était utilisé par les douaniers qui surveillaient la côte. Il n’en reste actuellement qu’un tas de ruines.

La restauration partielle de la chapelle, ou plutôt sa consolidation, date du début du XXe siècle.

Un placître l’entoure qui a longtemps servi de cimetière et sur lequel se trouvent un calvaire et deux stèles protohistoriques qui laissent penser que ce site devait être utilisé déjà depuis longtemps comme lieu de culte. Et, dans les années qui précédèrent la seconde guerre mondiale, il fut décidé de sceller les pierres du muret ceingnant l’enclos, victimes qu’elles étaient de pillages incessants.

En dehors, et de l’autre côté du ruisseau, une fontaine de dévotion à St Gorgon, patron de Plovan, mais qui, malheureusement mal entretenue, est peu visible car souvent envahie par la végétation

La chapelle est peut-être le premier édifice érigé selon le style architectural de l’Ecole de Pont-Croix. Elle a été dessinée par Auffray de Guiriec à la demande du chanoine Guillaume et de Yves de Revesco (inscriptions faites sur le chapiteau mais qui ne sont plus lisibles actuellement). Le plan en est quasi rectangulaire, le chevet plat. La nef comprend quatre travées et deux collatéraux et le choeur trois travées et deux collatéraux. A noter la finesse de la grande rosace de l’abside.

Le culte n’y est plus célébré sauf, depuis une quizaine d’années, la messe du 15 août qui se déroule donc en plein air. Auparavant, mais plus maintenant, des processions étaient organisées qui menaient jusqu’à elle.

Le lieu n’est pas fermé et donc accessible à tout moment par les visiteurs.