Vous êtes ici : Accueil du site > Le patrimoine religieux > Les églises > Les clochers sur arc diaphragme
Publié : 8 juin 2009
Format PDF Enregistrer au format PDF

Les clochers sur arc diaphragme

Définition de l’arc diaphragme : mur intérieur en pignon monté sur arc transversal, pour porter le clocher.

Monuments concernés dans notre secteur :
- Eglises de Peumerit et Tréogat
- Chapelles de St Vio (Tréguennec), de Penhors (Pouldreuzic) et de la Trinité (Plozevet).

C’est une caractéristique de plusieurs églises et chapelles de notre région de porter le clocher au milieu de l’église. Il s’appuie sur un arc à la limite du chœur comportant en général 3 arcs brisés (un central pour accès à la nef, deux latéraux pour accès aux bas-côtés). C’est ce qu’on appelle l’arc diaphragme. Cet arc exerce une poussée énorme sur ses retombées qu’il a fallu consolider par des contreforts. Le seul accès au clocher se fait par l’extérieur : quelques marches de pierre montent le long du toit jusqu’à la base du clocher. Il faut bien sûr une échelle pour atteindre la base du toit et les marches. Cette implantation est une des caractéristiques de l’école de Pont-Croix avec le chevet droit (le chevet = extrémité extérieure du chœur) ainsi que les colonnes entourées de fines colonnettes « engagées » (qui se fondent dans une colonne plus large).

Ces monuments sont au nombre de 5 dans notre communauté mais seraient environ une quarantaine dans la région, construits sur une période d’environ deux cents ans, de la fin du XII ème jusqu’à la fin du XIV ème. Certains ont remarqué la présence en Angleterre de telles caractéristiques dans des cathédrales anglaises et ont aussitôt déclaré que les bretons avaient copié les anglais. Nous préférons dire le contraire sachant que l’un des frères de Richard Cœur de Lion, Geoffrey, devenu duc de Bretagne par mariage (1180), aurait pu être l’instrument d’un passage de techniques éprouvées vers l’Angleterre…

(texte élaboré avec l’aide de J.-M. Bideau)