Vous êtes ici : Accueil du site > La vie au pays > 1917 / drames en baie d’Audierne
Publié : 25 mars 2009
Format PDF Enregistrer au format PDF

1917 / drames en baie d’Audierne

L’utilisation des sous-marins comme arme de guerre commença lors du premier conflit mondial. Tous les protagonistes les utilisèrent. La côte Atlantique ne fut pas épargnée et la baie d’Audierne fut le témoin de plusieurs opérations menées par les allemands.

Au début de l’année 1917, la tournure des évènements amena l’état major allemand à penser que si l’issue de la guerre s’avérait incertaine sur terre il pouvait en être différemment sur mer. Il décida alors d’intensifier les opérations sur ce terrain. Le nombre important de sous-marins dont il disposait pouvaient laisser espérer des résultats probants. Il s’agissait non seulement de traquer les bâtiments de guerre mais aussi tout navire chargé d’approvisionnement. Ils se positionnaient dans des endroits stratégiques comme les lieux de passage obligés et les navires marchands payèrent dès lors un très lourd tribut tout le long des côtes françaises.

C’est ainsi que le 19 janvier 1917 un U boot attend patiemment ses proies depuis plusieurs jours en baie d’Audierne. Se présentent deux vapeurs, l’un de nationalité danoise, l’autre urugayenne, qui, chargés de charbon depuis l’Angleterre, font route vers Bordeaux. Le sous-marin fait alors surface et les canonnent mais, non armés, ils ne peuvent se défendre. Et, devant les dégâts occasionnés, les commandants de bord se voient alors obligés de faire stopper leurs bâtiments. Le commandant du sous marin ordonne l’évacuation des équipages qui seront saufs puis fait sauter les deux navires, qui sombrent rapidement, et reprend sa route sans être inquiété. Bel exemple de la terrible efficacité de ces engins.

Les carcasses des deux navires gisent toujours aujourd’hui par 50 m de fond quelque part dans la baie et les amateurs de plongée sous-marine ne manquent pas de les visiter (http://www.audierne-plongee.fr)

Quelques mois plus tard ce sont de simples pêcheurs qui furent pris à partie et littéralement assassinés sans raison. Les faits sont relatés dans l’ouvrage intitulé « Un département breton pendant la guerre 14-18 ». Le ler avril, deux sous-marins surgissent sur un lieu de pêche fréquenté par des bateaux d’Audierne. Les hommes sans défense de deux chaloupes sont alors tirés à la carabine : vingt hommes sont ainsi abattus. Heureusement qu’un banc de brume s’élève alors permettant aux autres embarcations présentes de s’enfuir mais leurs occupants, conscients qu’ils auraient pu subir le même sort, pourront raconter les horreurs dont ils furent témoins. Le 3 mai suivant même scénario. Un bateau de l’ile de Sein est mitraillé. Bilan : trois tués et deux blessés.

Si les lois de la guerre et surtout le code d’honneur de la marine internationale furent respectés lors du premier affrontement, les regrettables évènements qui suivirent illustrent parfaitement toutes les dérives qui malheureusement ne manquent pas de se produire au cours de tous les conflits.